Histoire

Bourgade celtique située au coude de la vallée du Rhône et chef-lieu de la tribu des Véragres, Octodurus est la première cité valaisanne à marquer l'histoire.

Au 5ème siècle avant J.-C., des tribus gauloises se fixent dans la plaine. Les Sédunes s'installent dans le Valais central, alors que les Véragres occupent la région de Martigny et des trois Dranses.

 

Ces derniers dressent leurs fortifications au fond de la vallée, probablement sur la colline Saint-Jean. De là, la place fortifiée contrôle simultanément le passage vers l'Italie (Mont-Joux, aujourd'hui Col du Gd-St-Bernard) et vers la France (Col de Balme et de La Forclaz). Estimée à quelques centaines de personnes, la population réside d'abord sur les coteaux. Progressivement, elle descend vers la plaine et s'y établit.

Les Véragres entrent dans l'histoire en 57 avant J.-C. Dans le De Bello Gallico (III, 1.6), Jules César consacre un chapitre entier à la bataille d'Octodure: aidés des Sédunes, les Véragres attaquent les troupes de la 12ème légion romaine de Servius Galba, lieutenant de César, installées pour l'hiver dans le vicus d'Octodurus. Mises en difficulté mais non vaincus, les Romains choisissent alors de se replier dans le pays des Allobroges (peuple de Gaule habitant le Dauphiné et la Savoie) pour y passer l'hiver. Même si les Véragres ne sortent pas victorieux du combat, ils mettent momentanément en échec la tentative de César de contrôler le versant occidental du Col du Gd-St-Bernard.

Cet épisode reportera de quelques années la mainmise de l'Empire Romain sur le Valais, conquis vers 15 avant J.-C.  En relation avec la conquête de la Grande-Bretagne qu'il entreprit au début de son règne, l'empereur Claude (41-54 après J.-C) créa une ville nouvelle, à l'écart d'Octodurus (dont l'emplacement exact nous est encore inconnu) nommée Forum Claudii Vallensium (marché de Claude des Valaisans).

 

Cette agglomération devint alors la capitale de la Vallis Poenina (le Valais). Relais routier et marché important sur la route du col, siège des autorités valaisannes et de l'administration impériale, la ville, de modestes dimensions, fut florissante jusqu'au IVe s. Aucun fait saillant, si ce n'est le passage (et non pas le stationnement) de troupes et de soldats, notamment en 69 après J.-C., ne jalonne son histoire. Son abandon, dès la fin du IVe s., eut certainement plusieurs causes: déclin économique, insécurité des routes, menaces d'incursions " barbares ", absence de remparts, etc. Dans un premier temps, le centre de l'activité religieuse, mais aussi politique et économique, se déplaça apparemment autour de l'actuelle église paroissiale où s'était développé un premier sanctuaire chrétien; ce dernier fut rapidement transformé en une cathédrale, celle, probablement, du premier évêque connu du Valais, saint Théodore, qui en 381 signa les Actes du Concile d'Aquilée en tant qu'episcopus octodorensis. Avant 585, ce siège épiscopal fut transféré à Sion, position centrale à l'échelle de la vallée et aisément défendable, alors que Forum Claudii Vallensium, capitale du Valais romain à l'échelle de la route internationale du col du Gd St- Bernard, avait toujours été une agglomération ouverte.

temple Martigny
Fondation pro Octoduro
case postale 852
1920 Martigny
info@pro-octoduro.ch

©2017 Fondation Pro Octoduro